L’enfance en danger en Inde

On estime qu'environ 40% de la population indienne a moins de 18 ans, ce qui représente 434 millions de mineurs. Plusieurs millions d’entre eux travaillent, mendient, dorment sur les trottoirs, soumis à toutes sortes de violences. On assiste à un développement spectaculaire de mégalopoles comme Delhi qui compte 15 millions d’habitants, dont 150 000 enfants vivant dans les rues.

Le gouvernement indien est conscient du danger que courent ces enfants et de la nécessité de les protéger. Il s’est engagé dans des politiques ambitieuses, mais il se trouve en partie impuissant devant l’ampleur du phénomène (voir rapport Comité Verma p. 179) et peine à produire une véritable différence pour ces enfants qui retournent à la rue sans éducation une fois sortis des foyers.

Les projets TARA, engagés dans la protection de l’enfance en danger

TARA héberge, protège et éduque aujourd’hui 60 enfants de 2 à 22 ans dans 4 maisons et leur permet ainsi de grandir dans un environnement familial et sûr, qui leur transmet des valeurs fondamentales, telles que l'humilité, la tolérance, la paix, le courage, la dignité, le respect, la générosité, l'esprit critique, l'intégrité et l'hygiène.

Les projets TARA permettent une prise en charge des enfants hébergés sur plusieurs années au cours desquelles l’autonomisation des bénéficiaires et leur implication constante encouragent ces enfants à devenir acteurs, et non plus objets, de leur destin. TARA s’engage à agir pour un changement réel et durable en faveur de la protection de l’enfance en danger en assurant une enfance équilibrée et épanouissante à ses bénéficiaires qui leur permettra de devenir des citoyens indépendants, éduqués et capables de changer à leur tour la vie de leurs familles.

Bénéficiaires directs

Pour protéger l’enfance en danger à New Delhi, TARA travaille autant que possible en étroit partenariat avec les familles des enfants hébergés, en grande difficulté, souvent dispersées mais bien existantes. Ces familles sont donc également bénéficiaires directs des projets TARA. Une fois devenu indépendant financièrement et moralement, on estime en effet que chaque enfant secouru et éduqué soutient 4 personnes de sa famille ou de son environnement proche comme par exemple son conjoint, ses futurs enfants et membres de sa famille proche. Il sera en mesure de transmettre les valeurs apprises à TARA à ses propres enfants et à son entourage. Il pourra occuper un travail qualifié lui permettant de mettre à l'abri de la misère sa future famille et devenir un nouvel acteur engagé de la lutte contre l'enfance en danger.

Nombre de bénéficiaires directs : (4 de sa famille + lui même)*60 = 300

Bénéficiaires indirects

Chacun de ces bénéficiaires directs jouera un rôle bénéfique sur l'amélioration des conditions de vie d'en moyenne 3 autres personnes : les enfants de ses propres enfants, la famille de son futur conjoint... Un jeune adulte en situation d’autonomie financière retourne généralement dans sa communauté où il acquiert rapidement un statut de « rôle modèle », facteur de paix et de développement. L’exemplarité et l’identification sont des moteurs très puissants en Inde qui permettent de lutter efficacement contre le désespoir social, la délinquance, la discrimination et l’exploitation des femmes et des enfants. Les bénéficiaires directs présentent aux bénéficiaires indirects un exemple concret de promotion sociale, un message rare et littéralement galvanisant dans les faubourgs désenchantés de l’Inde urbaine.

Nombre de bénéficiaires indirects : 300*3 = 900