Ces enfants sont tous issus de situations de grande vulnérabilité

Laissés sans surveillance dans un bidonville insalubre et dangereux de Delhi, victimes de négligences, orphelins, enfants victimes de violence parentale, de trafic, d’abus sexuel, de tentative de meurtre...

Ces enfants, qui vivent avec ou sans leurs parents dans des situations de danger, sont placés à TARA sur ordre du juge des enfants indien (Child Welfare Committee).

10 ans d'existence

855 bénéficiaires

364 parrains individuels

Chaque maison TARA est conçue sur le principe d’un foyer de l’enfance français et n’accueille pas plus de 20 enfants afin de garantir :

Une attention particulière

Une équipe pluridisciplinaire, spécialisée dans la protection de l’enfance et dédiée entièrement au bien-être des résidents de TARA, s'assure de leurs progrès, régulièrement partagés avec le magistrat. Nous nous assurons que tous les enfants sont scolarisés dans des écoles de qualité à Delhi.

Un environnement sécurisant et familial

La vie dans un bidonville, même dans la petite enfance, laisse des traces et la première réussite de TARA est d’offrir aux enfants un environnement où ils sont protégés et en sécurité. Ils bénéficient en outre d'un suivi médical complet et d'une alimentation équilibrée.

Une éducation de qualité en hindi et en anglais

Des professeurs particuliers viennent chaque jour aider les enfants à faire leurs devoirs et assurent des cours d’anglais pour les enfants récemment accueillis. Les enfants savent que c’est par l’éducation qu’ils acquerront leur indépendance et pourront à leur tour aider leur famille et leur communauté.

Plusieurs activités extrascolaires

Cours de musique, de danse, d’architecture, de self-defence, de français ou d’écriture : les enfants participent chaque semaine à plusieurs activités éducatives et thérapeutiques qui développent leurs talents, ouvrent leur esprit et leur permettent de se reconstruire.

Depuis l’ouverture du premier foyer TARA Boys en 2008...

TARA a grandi et a pu étendre son action en développant TARA Tots, TARA Big Birds puis TARA Girls. Toutes les maisons sont situées dans le même quartier afin que les enfants, et particulièrement les fratries accueillies dans un foyer TARA puissent se voir régulièrement.

TARA Boys

Foyer de l’enfance ouvert en 2008 qui accueille 20 garçons de 6 à 18 ans.

Afin de protéger et d’éduquer ces enfants traumatisés, il est indispensable de les héberger dans un lieu sûr et chaleureux. L’environnement familial de TARA permet aux enfants de guérir de leurs blessures, de grandir, d’être stimulés et éduqués dans un univers de non-violence, de réaliser leur potentiel et de devenir de jeunes adultes autonomes.

Les enfants sont scolarisés dans nos écoles partenaires avec une éducation en anglais, un fort marqueur social en Inde.

TARA Tots

Foyer de l’enfance ouvert en 2012. C’est un foyer pour tout-petits, garçons et filles âgés de 2 à 10 ans.

C’est en état de choc qu’ils sont accueillis à TARA Tots. La priorité dès leur accueil est leur nutrition et leur santé. Egalement, une équipe d’adultes formés assure à chaque enfant une attention individuelle fondamentale pour leur guérison.

De multiples activités d’éveil sont également dispensées, pour entamer le travail psychologique et le développement éducatif. Lorsque l’enfant est psychologiquement en situation de sécurité, il est scolarisé dans nos écoles partenaires avec une pédagogie adaptée.

TARA Big Birds

Programme d’accès à l’autonomie pour jeunes adultes ayant grandi à TARA, poursuivant des études supérieures ou en formation professionnelle.

Les jeunes adultes sont en situation de semi-autonomie et participent de manière croissante à leur prise en charge, y compris sur le plan financier. Ils bénéficient à TARA Big Birds d’un accompagnement éducatif et psychologique, jusqu'à ce qu'ils prennent leur envol.

TARA Girls

Foyer de l’enfance ouvert en 2015 pour jeunes filles de 6 à 18 ans.

TARA offre à ces jeunes filles une éducation de qualité en anglais et une préparation à la citoyenneté pour qu’elles puissent réintégrer une vie sociale et devenir des femmes actrices de leur destin et porteuses d’un message d’espoir.

Le projet s'inscrit dans la lutte contre la vulnérabilité des femmes et la discrimination des filles, deux problématiques centrales en Inde et particulièrement à New Delhi, « la capitale du viol » comme la surnomme la presse indienne.

Protégés et encouragés, ces enfants sont capables de prendre confiance en eux et de rattraper leur retard scolaire

Ceux dont le destin s’écrivait sur le pavé des grandes avenues de Delhi ou sous les tôles d’un bidonville, comprennent la liberté et les possibilités que leur offre l’éducation. Ils sont souvent des élèves appréciés par leurs professeurs pour leur comportement, leur envie d’apprendre et le sérieux de leur travail. Ils deviendront un exemple de réussite sociale, ils rejoindront cette part de la population indienne, certes minoritaire, d'hommes et de femmes qui maitrisent leur destin.